Partages

Inspirations, témoignages

Cela ressemble à une arrivée au monde. Trouver, assainir les chemins d'expression et d'être. Tout simplement être: en conscience de ce qui me constitue, m'anime, me soutient, de l'intérieur vers l'extérieur, et inversement. C'est comme un chemin de présence. 

Jusqu'ici, je me sentais sensible à la nature, au vivant, à la création. Sans pouvoir vraiment nommer ni concrétiser cette perception. Ce que j'apprends "m'explique" ce vivant; ce mouvement créatif. (...) Je m'enracine dans la vie et dans mon environnement. J'apprends à être. Et j'apprends également à transmettre ces chemins...

Cécile, septembre 2014

Je me laisse imprégner par les informations que je reçois sans chercher forcément à analyser mentalement et me laisse guider par la sensation, le vécu de la pratique.

J'ai l'impression, et de plus en plus, d'être proche de moi, de mon organisation, de mon corps. De lui redonner de la conscience, une autre conscience, une autre image de ce que j'imaginais de mon corps.

 

Ce que j'apprécie est que le corps redonne la pulsation, la pulsion à l'esprit.

Plus je découvre et constate que je peux donner la parole au corps, et me reposer aussi sur son expérience et sur ce qu'il a à dire, plus cela éclaire ma confiance, ma conscience.

                                                                                                                                       Laurent, avril 2014

Avril 2015

Eté 2016

"Changer les perceptions de son corps,

c'est réinterpréter le monde et soi-même."

                              David Le Breton, sociologue

Je suis rentrée avec une sensation de profondeur, la profondeur de nos liens,

ceux de notre groupe et ceux avec les autres;

je suis rentrée avec des sensations éprouvées lors du stage de mouvement authentique

dans ce que j'avais trouvé de plus fou, de plus vrai, de plus vivant, de plus libre;

le coeur qui s'exprime, 

      le muscle qui emmène mon os, qui l'emmène à l'aventure

                  mon énergie qui se forme et se déforme

                           dans la vague constante glissante et douce du dehors vers nous, 

                                      du dehors en nous

                                                l'authenticité de nos espaces la créativité de nos espaces,

mes schémas qui implosent explosent en permanence mon désir de les embrasser;

des choses à reconnaître et à remettre à plus tard, entre les mains du temps,

                  m'accueillir moi-même dans ce temps, le créer;

                                               du bonheur dans mes volumes ligamentaires.

                                                                                                                             Audrey, comédienne

                                                                                                                          décembre 2015

Année 2017

" Il y a un espace premier à l'intérieur de nous que personne ne peut nous donner, qui nous nourrit et nous protège. Nous ne pouvons pas survivre longtemps par nous-mêmes, mais il est là initialement, si bien que si nous recherchons toute notre nutrition et notre protection à l’extérieur, nous ne les trouverons jamais.

 

Si une personne a besoin que nous l’aidions à se nourrir et à se protéger, alors qu’elle n’est pas en contact avec cette source initiale, nous ne pourrons pas l’aider, nous pourrons seulement l’accompagner pour trouver ses propres soutiens.

 

Si nous nous sentons si indépendants que nous n’avons besoin de personne, nous ne développerons pas pleinement nos capacités. C’est là que la communauté participe.

 

Pour nous développer pleinement, nous avons besoin de nous-mêmes et des autres. »

       Bonnie Bainbridge Cohen, fondatrice du BMC® à propos de l'embryologie

Année 2018